Accueil Les communes concernes

La chane transfusionnelle

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Accs Adhrents



 
Les communes de notre Amicale PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 12 Octobre 2010 17:53

Le but de cette page est de présenter succinctement les communes dans lesquelles notre amicale intervient.

Pour plus d'informations, il conviendra de consulter le site Internet officiel de la commune.

ORCET

Commune de 2 700 orcétoises et orcétois, située à 15 km environ au sud de Clermont-Ferrand sur le bord ouest de la petite Limagne. La commune de 700 ha est traversée par l'Auzon ; le village est posé sur un promontoire dont les versants sud et ouest présentent encore quelques vignes.

Orcet a des origines lointaines puisque l'on date à 2500 ans avant notre ère la première présence humaine. Des bornes délimitant le grand camp romain témoignent de la présence des troupes de J. César en 52 avant JC.

On notera son église du 12ème et 13ème siècle coiffée de son clocher en tuiles vernissées. Le révolutionnaire G.Couthon est natif d'Orcet.

Depuis 1999, Orcet fait partie de Gergovie Val d'Allier communauté regroupant ainsi 10 communes du sud de Clermont.

La commune possède les commerces de proximité. La compétence de l'économie a été transférée à la communauté de communes. La zone d'activité des Sagnes d'une superficie de 70 ha accueille les nouveaux artisans.

Associations et municipalité se partagent l'organisation d'activités culturelles.

 

LE  CENDRE

La commune qui s'étend sur 422 ha dont 50% à l'état naturel, est peuplée de 4900 cendriouses et cendrioux.

Elle est traversée par l'Auzon, est à 2 Km de l'autoroute A75 et possède une gare ferroviaire. La ligne SNCF propose une trentaine de liaisons quotidiennes aller et retour sur Clermont-Ferrand. Une liaison par bus permet de rejoindre la commune voisine de Cournon d'Auvergne, elle même reliée à la capitale auvergnate par le même moyen de transport.

Si les premières traces de vie remontent à 3000 ans av JC, la période gauloise a profondément marquée la commune, pour preuve les nombreux vestiges découverts depuis 2002 sur le site de Gondole. Ce site où ont été découvertes des sépultures de cavaliers et de chevaux font partie d'un ensemble de 3 oppida du peuple arverne avec Corent et Gergovie, témoins de la période -50 av JC à +100 ap JC.

Le Moyen-âge voit la construction du château de Gondole sur l'oppidum éponyme et de fortifications. Propriété de riches seigneurs, puis des soeurs Ursuline, puis cédée à la commune et à ses habitants en 1789.

La population a fortement cru avec le développement industriel de Clermont Ferrand. Le Cendre adhère à la communauté de communes de Clermont Ferrand

 

VEYRE-MONTON

En expansion démographique régulière, Veyre-Monton compte environ 3500 veyre-montonnaises et veyre-montonnais sur un territoire de 1211 ha répartis sur les bourgs de Monton, Soulasse et Veyre. La commune est traversée par deux rivières, la Veyre et la Monne qui descendent des monts Dore. L'autoroute La Méridienne A75 pénètre sur la commune en sa partie ouest.

Riche en vestiges très variés, le territoire de Veyre Monton a subie une activité géologique intense : puy de Marmant, massifs de perpérites des puys de la Piquettes, coulée en provenance des monts Dore, coulée volcanique du plateau de  Tobize.

La présence d'habitations troglodytiques dans le bourg de Monton témoigne d'une activité humaine remontant à la préhistoire. (ces grottes revelent un attrait touristique certain et se visitent.

Les activités essentielles de ce territoire sont l'agriculture, la vigne, les vergers, l'artisanat, le commerce et les services. Beaucoup d'habitants travaillent à Clermont-Ferrand.

La vie locale est animée par de nombreuses associations.

Veyre-Monton fait partie de Gergovie Val d'Allier communauté.

 

LA ROCHE BLANCHE�:

Blottie au pied d'une falaise de calcaire blanc, d'où le nom de la commune, La Roche Blanche est située à une douzaine de kilomètre de la capitale régionale Clermont-Ferrand.

D'une superficie de 1160 hectares, les 3213, la roche-blanchoises et la roche-blanchois profitent d'une grande variété de sols et de relief ( plaine de la Limagne 340 m d'altitude et plateau de Gergovie 744 m )qui permet une diversification de cultures : vignes, fruitiers, céréales

En approchant de la partie urbaine, le visiteur est attiré par cette falaise blanche témoignant d'un habitat troglodytique.

On ne peut parler de Gergovie sans évoquer la célèbre bataille entre les troupes de Vercingétorix et de Jules César venu conquérir la Gaule en 52 avant notre ère. Remportée par Vercingétorix, le romain se repliera vers le nord abandonnant plus de 600 guerriers.

Aujourd'hui, Gergovie est synonyme pour bien des adeptes d'Eole de la manifestation de cerfs-volants en Septembre : Cervolix.

L'architecture du bourg témoigne d'un passé moyenâgeux et viticole avec ses cuvages semi-enterrés.

Traversée par le ruisseau l'Auzon et l'autoroute A75 Paris-Montpellier, la commune se tourne depuis quelques décennies vers la modernité: une centaine de PME très diversifiées constitue l'offre commerciale, industrielle et artisanale. La Roche Blanche fait partie de Gergovie Val d'Allier communauté.

 

LA  SAUVETAT :

Située au sud de Clermont Ferrand en pleine Petite Limagne et à deux kilomètres de l'autoroute Paris-Montpellier, La Sauvetat profite de la richesse des terres fertiles pour cultiver les céréales, les oléagineux et l'ail.

La commune s'étend sur 800 hectares environs, les 650 sauvetatois et sauvetatoises, habitent un village qui se distingue de loin par son donjon du XIIIème siècle. Traversé par Le Charlet qui se jette dans l'Allier, la commune a su garder une forte empreinte médiévale.

Plusieurs communes de France portent le nom de La Sauvetat, toute étendue de terroir placé sous une sauvegarde particulière et où les habitants étaient francs et libres. La Sauvetat serait sur une des voies de la Via Romia, chemin suivi par les pèlerins anglais qui se rendaient de Canterbury à Rome. Sa création remonterait au XIIème ou XIIIème siècle, la présence des Hospitaliers de la Commanderie de l'Ordre de St Jean de Jérusalem (actuellement Ordre de Malte) est attestée dès le milieu du XIIIème siècle. Ceux-ci façonnèrent les fortifications actuelles, La Sauvetat restera un centre agricole riche sous l'administration des Hospitaliers jusqu'à la vente des biens en 1795.

Aménagées, restaurées, sécurisées, les fortifications témoignent du passé militaire de la commune. Celles-ci auraient très probablement périclitées sans l'association des : Les Amis de la Commanderie; qui entreprit dans le courant des années 1980 de consolider, restaurer et réhabiliter le fort et la tour-donjon de cette commanderie.

La Sauvetat adhère à Gergovie Val d'Allier Communauté.

La Sauvetat, un village où il fait bon vivre.

 

PLAUZAT :

Plauzat est situé dans le département du Puy-de-Dôme et la région d'Auvergne. Ses habitants sont appelés les Plauzatois et les Plauzatoises.
La commune s'étend sur 13,0 km et compte 1 451 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2007. Avec une densité de 102,5 habitants par km2, Plauzat a connu une nette hausse de 45% de sa population par rapport à 1999.


Entouré par les communes de Ludesse, La Sauvetat et Neschers, Plauzat est situé à 14 km au Sud-Ouest de Cournon-d'Auvergne la plus grande ville aux proches alentours. Clermont-Ferrand est distant de 24 Km au Nord.
Situé à 421 mètres d'altitude, le village de Plauzat a pour coordonnées géorgaphiques 45° 37' 18'' Nord, 3° 8' 56'' Est.
La commune est proche du parc naturel régional des Volcans d'Auvergne à environ 6 km.

Charmant village marqué par sa période médiévale. Fort villageois, château et son église classée Monument Historique caractérisent le centre du vieux bourg.

Son passé vigneron très riche, s'appauvrit à partir de 1893 à cause du phylloxéra. La magnifique Fontaine aux Lions et de belles demeures, nous rappellent cette époque. Une bonne partie des habitants ne cherchaient pas encore du travail sur Clermont-Ferrand.

Aujourd'hui, une majorité de la population migre chaque jour sur les deux pôles d'activités que sont Issoire et Clermont. L'économie locale reste essentiellement agricole

 

LES  MARTRES de VEYRE :

A 18 Km au sud-est de Clermont-Ferrand, sur la rive gauche de l'Allier, les Martres de Veyre est une commune très ancienne puisque des vestiges remontant au 3ème millènaire avant notre ère ont été retrouvés au Lot en bordure de la rivière. La commune de 928 ha est habitée de 3900 martrois et martroises.

A partir du Moyen-âge, le village s'installa sur la butte, autour de l'église actuelle. L'activité essentiellement agricole, viticole et arboricole vit la construction de moulins sur la Monne: moulins à farine, à soufre pour la vigne. Au départ du port des Martres, le vin et les fruits furent exportées en sapinières par l'Allier vers Moulins, Nevers et Paris. Orléans et Nantes recevaient le lin et l'huile de noix. Détruit par le phylloxéra, le vignoble disparu à la fin du XIXème siècle créant une longue période de déclin. Le début du XXème siècle vit se développer plusieurs ateliers de passementerie ainsi qu'une fabrique de biberons Robert. Après la 2ème guerre mondiale, le développement du chemin de fer permet d'accéder facilement et de travailler à la capitale auvergnate : Clermont Ferrand.

On ne peut parler des Martres de Veyre sans évoquer ses sources minérales dont certaines sont réputées sur le plan médicinal ; la plus célèbre étant la source des Saladis.

Aujourd'hui, Les Martres de Veyre, commune résidentielle où résistent quelques vignes et vergers fait partie de Gergovie Val d'Allier Communauté regroupant dix communes du sud de Clermont-Ferrand.

 


Bannière
 

Le Don du sang et Vous
 


bondaty_and_co