Accueil Informations sur le sang

La chane transfusionnelle

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Accs Adhrents



 
Informations sur le sang
Informations sur le sang PDF Imprimer Envoyer
Dimanche, 26 Avril 2015 13:27

Depuis 1949, la transfusion sanguine française est basée sur des principes éthiques  qui sont le volontariat, l'anonymat, le bénévolat et le non-profit.

La France est auto-suffisante, depuis cette date, les malades n'ont jamais manqué de produits sanguins, même si certaines périodes de l'année bien identifiées mettent les stocks sous pression; dans cette situation, l'EFS (Etablissement Français du Sang), utilise les médias nationales pour solliciter les donneurs.

Sous la pression de laboratoires privés, le marché de la transfusion sanguine en France risque fortement d'être progressivement sous la coupe de financiers qui n'appliqueront pas les principes éthiques.

La motivation du donneur français est la guérison des malades, il est désintéressé, son don est anonyme et l'EFS opérateur public ne fait pas de bénéfice sur la délivrance des concentrés de globules rouges, des concentrés de plaquettes et du plasma. Le donneur répond avec sincérité au questionnaire médical et s'entretient avec un médecin sur son passé médical. A ce stade le médecin donne son accord au don ou prononce une contre-indication au don temporaire ou définitive, ceci dans l'intérêt du donneur et/ou du receveur potentiel avec explication du médecin. Le donneur potentiel comprend la raison et revient à la fin de la contre indication temporaire. Cette règle est généralement appliquée dans tous les pays occidentaux. C'est ce principe qui participe à la sécurité du don pour les malades.

Les laboratoires qui cherchent à forcer le marché français collectent déjà dans des pays à faible revenu et faible niveau sanitaire. Dans ces pays, l'état de précarité de la population est primordial pour la collecte, il assure une population nombreuse intéressée par la rémunération du don de sang ou de plasma, rémunération qui est dans la plupart des cas une partie importante du revenu de l'individu. Que penser de la sincérité du donneur potentiel devant le questionnaire ou lors de l'entretien médical (lorsqu'il existe) ? Sera-t-il sincère et déclarera-t-il sa situation médicale au risque d'être contre-indiqué temporaire ou définitif et ne pas toucher les 30 euros ou 30 dollars vitaux pour se nourrir lui-même ou sa famille ? Bien sûr, des contrôles seront effectués sur les dons, mais la fenêtre sérologique empêche de détecter tous les virus ; exemple pour le West Nile Virus suspecte chez les personnes ayant voyagé en Egypte, Grèce ... qui se voient contre-indiquées temporairement pendant  4 mois en France. Que penser également du respect de l'Homme qui "se saignera aux quatre veines" au péril de sa vie pour percevoir cette rémunération; en effet dans certains états des Etats Unis des donneurs donnent 2 à 3 fois par semaine.( 1 fois maxi toutes les 2 semaines en France ).

Sous couvert d'une disposition européenne, la Parlement français se dispose à donner le droit à ces laboratoires étrangers de vendre aux hôpitaux français du plasma thérapeutique ainsi collecté. On sait qu'il sera moins cher que le plasma non rémunéré prélevé en France par l'EFS, c'est paradoxal, mais c'est ainsi !

Notre association et l'Union départementale  du 63 avons rencontré  certains de nos députés et sénateurs pour les sensibiliser à cette aberration et à la sauvegarde de notre éthique : volontariat, bénévolat, anonymat et non profit. Le 8 Avril 2015 journée nationale de mobilisation décrétée par notre fédération, nous avons organisé une manifestation devant la préfecture de Clermont-Ferrand;. nous avons été reçu par la chef du cabinet du préfet et lui avons remis un dossier lui expliquant la situation. Le préfet devait rendre compte à son ministre de tutelle et au ministre de la Santé. Notre action a été relayée dans la presse et sur FR3.

Les marchands des éléments du corps humain auront-ils gain de cause ?

 
Qu'est-ce que le sang ? PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 19 Août 2010 15:58

Qu'est-ce que le sang ?

De quoi est contitué le sang ?

A quoi sert le don de PSL (produit sanguin labile) ?

1. QU'EST CE QUE LE SANG ?

Nous nous rallierons à la définition du dictionnaire qui nous informe que :

"Le sang est un liquide :

- rouge clair qui circule  dans les artères, le coeur, les poumons et qui irrigue tous les tissus de l'organisme auxquels il apporte les éléments nutritifs dont l'oxygène.

- rouge foncé au retour, en acheminant par le système veineux  les déchets dont le gaz carbonique qu'il a recueilli en passant dans les différents organes et les achemine vers les reins, poumons et peau pour les éliminer."

Cette circulation est orchestrée par le système nerveux végétatif qui à l'aide de nombreux capteurs présents sur les artères et organes accélère le débit. Si ceux-ci détectent un appauvrissement en oxygène et une augmentation en gaz carbonique, le rythme cardiaque augmente. Le débit de l'aorte varie de 5 à 6 litres par minute de sang lorsque le cœur est au repos, ce débit peut monter de 20 l/mn sous effort, voire à 35 l/mn pour un sportif de haut niveau.

Le volume sanguin est environ le 13èmedu poids de l'individu, son volume varie donc en fonction du poids, du sexe et de la taille; il se situe entre 4 et 6 litres pour des  individus de 50 à 80 kg."

2. DE  QUOI  EST  CONSTITUE  LE  SANG ?

Le sang est constitué de :

- 45% de cellules sanguines (les éléments figurés du sang : globules rouges, blancs et plaquettes) qui se forment dans la moelle osseuse et de

- 55% de plasma

Le sang est un tissu conjonctif car constitué d'un liquide( le plasma), de cellules ( les éléments figurés du sang ) et de fibre (le fibrinogène.

description du sang

 

 

Les globules rouges, blancs et les plaquettes transportés par le plasma sont produits par les cellules souches hématopoïétiques présentes dans la moelle osseuse rouge des os (côtes, sternum, extrémités des os longs, os plats comme l'os illiaque).

Ainsi chaque jour, 350 milliards de globules rouges, blancs et de plaquettes sont produits par ces cellules souches.


Les globules rouges encore appelés hématies ou érythrocytes se présentent sous forme de disques  biconcaves. Ils contiennent l'hémoglobine qui sert au transport de l'oxygène des poumons vers les cellules.

globules rouges

 

 

Au passage des globules rouges dans les cellules, une enzyme présente à la surface de ceux-ci transforme le gaz carbonique produit dans les cellules en bicarbonate. Transporté par l'hémoglobine des globules rouges jusqu'aux poumons, le CO2 est libéré.

 

 

 

 

C'est l'hémoglobine qui donne la couleur rouge au sang.

Selon le sexe, le sang humain contient entre 4 et 6 000 000 de globules rouges /mm3.

La durée de vie moyenne des hématies est de 120 jours, elles sont détruites dans la rate et le foie.

.

Les globules blancs encore appelés leucocytes se présentent sous forme de boules plus ou moins régulières et incolores. Ce sont les défenseurs de l'organisme en contribuant à détruire les agents infectieux.

globules blancs

 

 

Les globules blancs :

- produisent des anticorps,

- attaquent les intrus ( microbes, bactéries et virus) et

- détruisent les cellules indésirables.

 

Les globules blancs ne sont pas une population homogènes, ils se présentent sous 3 familles :


- le granulocytes ( ou polynucléaires),

- les lymphocytes,

- les monocytes

Le sang humain en contient environ 4 à 10 000 par mm3. Le nombre de leucocytes circulant augmente de façon plus ou moins importante en cas d'infection ou de réaction inflammatoire.

Les globules blancs étant un regroupement hétéroclite, la durée de vie des types constitutifs varie énormément de l'un à l'autre, on parle de quelques heures à plusieurs années. Retenons que les leucocytes qui oeuvrent essentiellement hors du système circulatoire ont une dur�e de vie courte de quelques jours.

Les plaquettes encore appelées thrombocytes sont de petites cellules sans noyau.

plaquettes

 

En transformant le fibrinogène présent dans le plasma en structures fibreuses de fibrine, les plaquettes jouent un rôle primordial dans le processus de coagulation du sang.

En effet, tel un filet de pêche à mailles fines, elles enserrent les autres cellules sanguines ce qui rétrécit  progressivement le maillage, obstruant ainsi la fuite de sang.

 

C'est le début de la cicatrisation. On dit communément que les plaquettes jouent le rôle de  plombier . La  chute de la croûte rouge formée marquera  la fin de la cicatrisation.

Le sang humain en contient de 150 à 400 000 par mm3.

Leur durée de vie est environ de 8 à 10 jours dans le flux sanguin. Elles se détruisent dans la rate.

Le plasma est le composant liquide du sang, il est constitué de :

plasma

90% d'eau ,

7%  de protéines,( plus de 300 différentes) dont 5% d'albumine, 1% d'immunoglobulines (anticorps),  des nutriments et facteurs de coagulation,

3% d'autres molécules telles que des hormones,  le glucose, des solutés minéraux et déchets du métabolisme

 

Son rôle est de transporter à travers le corps et par le réseau sanguin :

- les substances en transit comme les nutriments ( lipides, glucides , acides aminés), les déchets (urée, acide urique ) et les hormones,

- les protéines  plasmatiques contribuant à maintenir  l'acidité adéquate du sang,  équilibrer les pressions des différents secteurs vasculaires et extravasculaires et à donner au sang sa viscosité.

L'albumine, protéine majoritaire et fabriquée par le foie transporte l'essentiel du calcium, différentes hormones et acides gras, et contribution importante, elle transporte les médicaments. Elle attire également l'eau dans les vaisseaux sanguins.

3. A�� QUOI��SERT��le� DON� de� PSL� (produits sanguins labiles)

Fortement sensibilis� depuis des d�cennies aux besoins de sang pour les accidents de la route, le commun des mortels pense que depuis la forte baisse de l�accidentologie en France, les besoins ont eux aussi baiss�s.

C�est vrai qu�il y a moins d�accidents graves de la circulation, mais les besoins ont augment�s ces derni�res ann�es et vont continuer � augmenter. Deux raisons essentielles�:

- les d�couvertes par les scientifiques de traitement plus performants (canc�rologie) qui n�cessitent plus de recours�aux �produits sanguins�et

-��le vieillissement de la population dont les diff�rentes pathologies n�cessitent ces produits sanguins.

Aujourd�hui, il n�existe pas de substitut � la transfusion de produits sanguins humains, le sang, et donc le don de sang est �un acte volontaire et anonyme absolument n�cessaire �� la sant� publique.

On ne transfuse pas directement le sang total, seul le constituant� n�cessaire pour le traitement de la pathologie est transfus�. Le don de sang est s�par� en un concentr� de globules rouges,� de plaquettes et en plasma. Le plasma fractionn� est aussi utilis� pour produire des m�dicaments d�riv�s du sang.

3.1. Utilisation des globules rouges :

Transportant alternativement l�oxyg�ne et les d�chets� de l�organisme tel le gaz carbonique, la transfusion de concentr� de globules rouges est prescrite�:

-��������� pour combattre les maladies h�matologiques (maladies du sang touchant la production de cellules sanguines par la moelle osseuse)

  • an�mie : anomalie des globules rouges caract�ris�e par une diminution de la concentration en h�moglobine, entra�nant un mauvais transport de l�oxyg�ne. Dans certaines situations n�cessit�es par la pathologie ou d�urgence , une transfusion de CGR(Concentr� en Globules Rouges) peut ainsi �tre r�alis�e.
  • thalass�mie : an�mie h�r�ditaire grave dont le g�ne est largement r�pandu dans les populations vivant dans des r�gions du pourtour de�la M�diterran�e pour la thalass�mie classique. Un des traitements est la transfusion sanguine.
  • dr�panocytose : maladie h�r�ditaire caract�ris�e par des globules rouges en forme de faucille dont l�h�moglobine alt�r�e provoque des crises vaso-oclusives des art�res, concerne� les individus originaires essentiellement d'Afrique�subsaharienne. Plusieurs traitements prescrits dont la transfusion sanguine.
  • �..
  • les traitements lourds de cancers (chimioth�rapie et radioth�rapie) perturbent la production des cellules souches de la moelle osseuse et donc des cellules sanguines. Pendant la p�riode de traitement, le m�decin juge l�opportunit� de transfuser des globules rouges et souvent des plaquettes.

-��������� en obst�trique, lors d�accouchements difficiles, une perte de sang importante peut n�cessiter la transfusion urgente et importante de produits sanguins� � l�accouch�e.

-��������� en chirurgie ou sur le lieu d�un accident de la route, une h�morragie peut survenir�;dans ce cas, une transfusion d�une ou plusieurs poches de CGR est d�cid�e par l��quipe m�dicale d�intervention.

3.2 Utilisation des plaquettes�:

Les plaquettes sont de petites cellules dont le r�le est de faire coaguler le sang.

La transfusion de plaquettes est prescrite dans les situations suivantes�:

- cas de thrombop�nie : nombre de plaquettes insuffisant d� � une moelle osseuse pas assez productrice ou en cas de destruction trop rapide dans la circulation ou le passage dans la rate.

- cas de thrombopathie : plaquettes ne r�pondant plus � leur r�le de ��plombier�� soit �due � une anomalie g�n�tique soit � cause d�un �traitement, �� l�aspirine par exemple.

- cas d�aplasie post traitement par chimioth�rapie (� fort ralentissement ou arr�t momentan� de production de cellules sanguines )�: traitement souvent pr�ventif.

3.3 Utilisation du plasma�:

Compos� de 90% d�eau mais surtout de plus de 300 prot�ines, le don de plasma ��deux destinations�:

-��������� la transfusion, c�est le plasma th�rapeutique,

-��������� le fractionnement du don �pour la production de m�dicaments d�riv�s du sang.

Transfusion de plasma th�rapeutique, 2 utilisations essentielles

  • en cas de troubles graves de la coagulation dus soit � un effondrement des 13 facteurs participant au processus de la coagulation, soit au d�ficit d�un seul de ceux-ci,
  • dans le cas de pathologies rares et graves (comme les microangiopathies thrombotiques ou le syndrome de Moschowitz ),�dont l�urgence th�rapeutique n�cessite le remplacement quotidien du plasma des malades par du plasma de plusieurs donneurs.

Fractionnement du plasma�: en 2010, en France, 19 prot�ines th�rapeutiques sont isol�es et commercialis�es, elles sont class�es en 3 grands domaines th�rapeutiques�:

  • en immunologie : extraction d�immunoglobulines indiqu�e contre les insuffisances des moyens de d�fenses contre les micro-organismes
  • en h�mostase : (traitements des h�morragies),� extraction de facteurs de coagulation indiqu�e pour lutter contre les d�ficits constitutionnels en facteurs de coagulation. (h�mophilie par exemple)
  • en soins intensifs : extraction d�albumine, d�immunoglobuline anti-t�tanique et d'anticorps de l�h�patite B, la prot�ine C, le fibrinog�ne�indiqu�e en situation d�urgence avec choc h�morragique, h�morragies sous m�dicaments anticoagulants, t�tanos, thromboses, traitement de l�h�patite B� dans certaines situations.

Ren� Tr�moulet

============================

 


Bannière
 

Le Don du sang et Vous
 


bondaty_and_co